Nouvelle épidémie en vue

En cette période de joie dans les coeurs que je déteste et où je travaille juste pour éviter de cracher sur les enfants dans la rue et de maltraiter les pères Noël dans les supermarchés, je tiens à préciser que je n’ai rien contre les petits chats. Ni contre les petits chiens. Et a priori rien non plus contre les dauphins. Que par ailleurs j’aime mes amies. Et que je respecte aussi leurs convictions. Mais pitié arrêtez de m’envoyer des PPS de Noël et de bonne année !! Argh.

 

(C’est pas ma faute à moi si j’ai toujours préfèré les petits poneys. Na.)

 

PS : Edit : pour celles qui le prendraient mal, j’ai jamais dit que les petits poneys c’était mieux que les chiots. Hein. Je ne veux pas rentrer dans ce débat-là, même si franchement, yen a un qui chie des paillettes quand l’autre te bousille la moquette. Jdis ça, jdis rien. )

Publicités

11 septembre? Oh la barbe…

Le ramadan commence ce soir. Et dure un mois. Je vous laisse faire le calcul… Et oui, la fin du ramadan, ce sera pour le 11 septembre. Même si vous ne suivez pas autant l’actualité internationale que moi, cette date devrait tout de même vous rappeler quelque chose. Bravo, la catastrophe du World Trade Center. 11 septembre 2001, date retenue par les historiens comme l’entrée dans le XXIe siècle. Également l’entrée dans l’ère d’une certaine, comment dire… paranoïa ? Allez, disons psychose pour rester poli. Vis-à-vis de ceux qui ont la barbe bien longue et la peau bronzée, sans revenir de trois semaines à Punta Cana pour autant. Les mêmes musulmans qui vont jeûner jusqu’au 11 septembre ? Oh mon Dieu, j’en entends déjà certains jaser et grommeler dans leur barbe (qu’ils portent sans jamais se faire traiter de terroriste…). Arrêtons l’amalgame trois secondes. Les mécontents peuvent aller se plaindre à la lune. C’est elle qui décide du calendrier.

Les moustiques sont-ils insomniaques?

Purée je trouve pas de thèses là-dessus dans tout le monde magique du n’internet… (bon j’ai trouvé des trucs très improbables quand même)

Par contre, je suis sûre qu’ils aiment les insomniques. « Yoh les gars, on déjeune chez Sophie ce matin, ouais ouais elle prépare le café ». Avec 15 sucres surtout.

Putain mais t’as vu ça où, toi, qu’on pouvait me piquer impunément, et entre les orteils en plus. Hein! Ils ont une super technique les cons. ça fait diversion d’un côté pendant que ça se régale de l’autre. Merde.

J’ai eu beau en tuer un (je m’y suis reprise à 5 fois, mais je l’ai eu), juste pour l’exemple, ça n’a pas trop dissuader les autres. J’ai tenté de décimer l’escadron, peine perdue. Je suis retournée sous la douche, au moins quand l’eau coule, j’ai la paix. Et j’ai pas envie de me gratter aussi.

Le plateau repas géant que je suis est allée prendre une douche, avec le faible espoir que la peau qui pue pas la transpiration, d’un coup ils aiment moins, voire même que ça les fasse fuir. Mon cul oui. Et Petit marseillais, jamais ils nous font de gels douche à la citronelle ? Siouplé…

Tout ça pour dire qu’il est 5 heures du mat (paris s’éveille) (ou « j’ai des frissons » aussi), je me suis réveillée comme une fleur (synonyme ici de « les yeux qui coulent, le nez qui coule et la bouche qui pue ». Oui, nous n’avons pas tous et toutes les mêmes références en matière de botanique), et là je voudrais bien simplement retourner moisir dans mes glaires (ah oui je suis malade. Au mois de juillet. Trop sexe l’écharpe et les lunettes de soleil) en attendant que le réveil sonne (que ceux et celles qui sont en week-end m’épargnent. Oui je travaille. Non je suis pas en vacances. Rhaaa…) mais mes invités à l’improviste veulent pas aller voir ailleurs si j’y suis.

Bzzz bzzzz fait le moustique. Zzzzz Zzzz voudrait bien faire Sophie…

Le jour où mon boss m’a payé une voyante

« Vous êtes apte, jusqu’à ce que vous explosiez en plein vol. » Attends rappelle-moi ta profession toi déjà? Nan mais ya marqué « médecin du travail », ou j’ai loupé le petit astérique qui renvoie tout en bas écrit tout en petit (très bien, cachez vous un œil et lisez la dernière ligne) « et médium aussi, profitez-en mes prédictions sont gratuites »?

Connasse, va. Ça m’amuse pas trop en général d’insulter les gens (m’est d’avis que c’est plus mieux drôle de les critiquer dans un vocabulaire ultra soutenu), mais là celle-là, elle m’a plombé en 5 minutes. Déjà tu rentres dans un bureau accueillie par la brune, qui te pose des questions auxquelles elle a déjà la réponse (style « Votre employeur? ». Ben c’est lui qui te paye pour me faire monter sur ta balance, et c’est comme (le Port-salut) qui dirait écrit sur ton papier aussi) (oui je l’ai mauvaise), mais en fait la brune désagréable n’est que la première épreuve. Si tu la passes avec succès (« Oui je m’appelle Sophie. Nan c’est pas vrai j’ai le droit de passer au niveau suivant??? Putain c’était dur, trop d’émotions, j’en ai le front qui transpire et les mains moites, pffiou. Deux secondes, j’appelle ma mère pour lui dire que j’ai eu mon bac votre bénédiction »), tu passes dans l’antre de la blonde (alors précision : je n’ai rien contre les blondes. En général. Mais généralisons un peu oh yeaaaah) siliconnée (au moins les lèvres botoxifiées) (j’avais prévenu que j’allais généraliser, faites pas les outrés).

Et là, c’est le drame. Les collègues t’ont déjà prévenu que c’est nul que ça sert à rien, et vive le sermont, et le petit conseil qui va bien (exemple au pif : « reposez-vous ». Et sinon t’as fait des études pour me sortir ça, ou juste l’école du rire? Mais non suis-je bête, tu as lu le magazine périmé de 3 ans dans ta salle d’attente. Oui oui, ils disaient pareil dans Elle en 2007…). Mais c’est quand même gratiné. Entre autre ineptie, la plus originale restera le petit conseil-d’ami-tope-m’en-cinq-on-a-elevé-les-cochons-ensemble-et-si-on-s’épilait-le-maillot-mutuellement, à savoir : « Vous connaissez le site où les gens se rencontrent pour sortir? Oui c’est génial, c’est mon fils de 25 ans qui m’a fait (qui me L’a fait, tu manges les mots en plus???) découvrir, rhoo c’est génial vraiment. Vous avez Internet, hein, (pouquoi tu poses une question si tu me laisses pas en placer une, HEINNN?), ne serait-ce qu’à votre travail, (bah oui je vais dire à mon boss que je prends sur mon temps de production pour aller surfer on the toile, oui mais c’est la madame qui l’a dit, c’est un médecin qu’il paraît alors faut le faire Monsieur. Euh non elle m’a pas fait d’ordonnance. C’est con, hein?), alors allez-y, mon fils de 25 ans a fait des rencontres formidables (tu veux dire qu’il s’est trouvé 2-3 plans culs à ramener après le ciné, oui) (et d’abord t’arrêtes de me les gonfler avec ton fils de 25 ans, tu veux quoi, que je m’exclame « Oh maitresse Corbac sur votre chaise perchée, que vous me semblez donc jeune pour avoir un rejeton d’un âge si avancé? Serait-ce possible que votre plumage soit refait? Et de la chirurgie votre profession ne dénigre point les pêchés? »).

Bref, elle a cru que j’avais pas d’amis. Au final, je suis donc apte. Pour sa vision dans sa boule de cristal moisie (si ça peut moisir le cristal, dans un autre monde), je lui ai promis de la rappeler le jour où j’explosais en plein vol (ouf, je dois pas prendre l’avion de si tôt, cool). En même temps elle a aussi dit que j’étais quelqu’un de stressé. Héhéhé, cocote, t’aurais pas pris ma tension par hasard…? P’tite tricheuse va. Et t’es payée pour ça en plus.

Faites des voisins, qu’ils disaient…

Il y a ceux qu’on croise dans le couloir et qu’on n’entend pas. On sait qu’ils dorment dans la chambre d’à côté, on sait qu’ils sont deux, et un homme une femme qui plus est, mais non, pas un bruit. Ni d’eau qui coule dans la douche, ni de petits pipis, ni de conversations bidons, ni de téléphone qui sonne, ni même de pas sur le parquet, de valises qui roulent, ou de télé qui s’allume. Alors je vous parle même pas de lit qui grince. A mon avis c’est des fantômes, mes voisins de droite. Pas des fantômes comme dans Stephen King ou dans Charmed (mais qu’elle est pourrie cette série! Elle passe encore! Qu’ils nous remettent la Petite maison dans la prairie nandidiouuu). Nan, eux ça doit être des gentils fantômes, comme Casper mais version bourguignonne (avec un parapluie quoi).

Et puis il y a ceux qu’on entend et qu’on aimerait bien croisé pour leur balancer des grossières insultes (« Par le saint prépuce du kaiser vous me cassez les couilles grave. Si j’en ai, dans mon congélo, connard, et ta gueule si tu veux pas que ta paire se rajoute à ma collection ») mais qu’en fait on reste loquifiée (si si ça existe, loque + liquéfié) affalée sur le lit à entendre l’autre con beugler de son côté de la cloison. Parce qu’il doit être grand, et puis merde, j’suis en pyj maintenant (bon ok, en culotte, j’avoue…). Y a aussi le bruyant qui s’en rend pas compte et qui téléphone au 118 blabla : « Oui je voudrais le numéro de Marie Tantamachinchose dans l’Yonne. Nan, l’Yonne, comme Yvette, pas Rhône, comme René. Mais si je vous entends bien, c’est vous qu’y’êtes bouchée! Nan, T comme Thérèse. Mais non son prénom c’est pas Yvette, c’est Marie. Yvette c’était pour le département! » (<— cette retranscription de monologue pourrait sembler un tantinet exagérée. Il n’en est rien, c’est ça le pire. Ah non le pire c’est que quand il a réussi à se faire comprendre de l’opératrice et qu’il a pu appelé sa fameuse Marie-Yvette-René, ben elle était pas là, et il a laissé un message. Pauvre chou. C’est dommage, j’aurais entendu toute sa conversation, rho zut alors, quelle perte).

Il y a aussi, et c’est elle que je vois le plus (oui, je ne passe pas ma vie dans les couloirs, sinon je paierai pas pour la chambre) la réceptionniste et ses cheveux rouges, qui vous demande toujours de faire l’appoint à l’euro près quand son appareil à CB est en panne (Faudrait préparer des répliques avant, pour être prête en toute occasion.J’ai bredouillé un Désolée ce soir-là, alors qu’un « Gente dame, n’ayant point prévu que mon sésame magique tout bleu ne trouverait de réceptacle adaptée dans votre humble demeure, soit tu me fais la chambre gratis soit tu me gonfles pas parce que j’ai pas la monnaie », ça aurait été plus mieux bien), qui vous accueille chaque soir d’un « Bonne journée Mademoiselle Fofifonfec? » (Je kifferai qu’on m’appelle ainsi, tiens, faut que j’y réfléchisse. On a bien le droit de changer de prénom, dans notre beau pays, suffit d’aller en préfecture, non?), sauf le jour où elle a insidieusement lâché « Oh, vous rentrez plus tard que d’habitude! Je commençais à m’inquiéter! » (Lâche moi t’es pas ma mère et je marche encore droit d’abord. Bon ok,je vais peut-être prendre l’ascenseur plutôt que les escaliers, ça veut pas dire que j’ai bu, hein, c’est juste que c’est plus fiable un ascenseur, c’est bien connu… Allez Atis de mes deux arrive vite qu’elle arrête de me parler comme si j’avais pas déjà mal aux cheveux…). Ce soir-là, elle m’a pas demandé si ma journée était bonne, pour une fois que j’avais des trucs à répondre, pfff, rien compris celle-là.


Bref, je dors depuis un mois avec des boules Quies, et il faut vite que je me trouve un appart. Parce qu’SDF (ben quoi, même à l’hôtel, on est un peu SDF, moi non plus j’ai pas de boîte aux lettres! Allez, tapez moi dessus, oh oui), c’est bien un temps, mais changer de voisins tous les soirs, c’est relou.

I’m waiting for the white rabbit

Tous les jours je tape dans Google News : Photoshop CS5. Photoshop CS5. J’en ai marre de voir que du futur! Du futur! C’est quand qu’ils arrêtent de repousser la date? De me sortir des vidéos de « Regardez comme ça se sera bien » « Z’avez-vu ce qu’on pourra faire avec! » Je veux le tester merde! Tout de suite!

On m’avait dit qu’il sortait le 12 avril. Mon cul oui, on est le 19, et Sophie ne voit toujours rien venir… Rhaaaaaaaaaaaa!! Et là ils parlent de mai. MAI!!!!! Nan mais oh!!! C’est pas possible ce non-respect des délais, on n’est pas dans le bâtiment non plus! Branleurs va.

Qu’on se rassure, je ne suis pas droguée. Mais ce truc, oh pardon Ce Truc, c’est comme une paire de chaussures pour moi. Tu étais super bien avec tes tongs à 3 euros, et puis un jour t’as croisé le regard d’une paire de talons San Marina, et ta vie a basculé. En 2 ans, ton placard est devenu trop petit, et aujourd’hui tu refuses un resto avec tes potes « parce que j’ai plus de sous » juste pour aller tout claquer lors des prochaines soldes. Rha.

Je vous éviterai le topo « bouh la société de consommation, vilaine ». Nan quand même. Et le premier qui compare Photoshop CS5 (ou Adobe en général) à MacDo jle pends par les couilles. Et ensuite je prends une série de photos et devinez sur quel logiciel je ferai un montage de son service 3 pièces écartelé? Sur Photoshop bien sûr. (Non de non! Y’en a qui suivent pas!)

Allez, explications : jusqu’à y a 1 mois, j’utilisais Adobe Photoshop Elements 8 (je préfère même pas savoir en quelle année c’est sorti…) sur mon Vaio avec ses 512 mo de RAM. Et j’étais heureuse. Le traitement par lot mettait 28 minutes pour m’optimiser 50 photos (je ne vous parle même pas quand je bossais sur 5 calques en même temps), mais je l’aimais quand même. Jme souviens d’un jour où il a planté alors que je venais de cliquer sur fusionner, et que le sablier a tourné indéfiniment jusqu’à ce que j’admette, après 2 heures de rongeage d’ongles, que oui, je venais bien de perdre une demi-journée de boulot. Mais je lui ai pardonné.

Et puis, il y a un mois donc, par l’opération du Saint-Esprit (ou d’un ex qui culpabilisait, au choix, mais je pense que c’est le Saint-Esprit qui l’a fait culpabilisé) (Bon, je vous rappelle que je ne suis pas croyante. A moins que Photoshop soit une religion), jme suis retrouvé avec un PC de ouf : 3 Go de RAM (oui, je savais même pas que c’était possible), juste 800 Go de DD, et surtout, surtout, Photoshop CS4. Là, déjà, je commençais à sérieusement baver sur le clavier. Quelques minutes plus tard, j’étais passée au stade « je mouille la chaise » : car le divin enfant venait de ressusciter (oui, en mars 2010, je comprends pas qu’on en ait pas parlé au JT) et avait choisi de se matérialiser, juste entre mes mains, en une tablette graphique.

Une petite Wacom. Toute belle. Toute fragile. Toute pleine de poussières à cause d’un monsieur qui n’avait pas su décerner son potentiel, et l’avait laissé traîner dans un coin, sans protection. Avec son petit stylet tout mignon, aussi sensible qu’un gland (franchement trouvez-moi une meilleure comparaison et je change ma phrase). Alors depuis je suis accro. Complètement accro. Parce que mon CS4 je le vénère, même si je me sers approximativement de, oh, allez, voyons large, 7 % de ces capacités. Dans mes meilleurs jours. Alors que ferai-je de CS5 me direz-vous? Donnez-le moi, et je trouverai la réponse, promis.

Alors ouais, I’m waiting for the white rabbit. Pas celui d’Alice, ni de Matrix. Juste celui qui est à la bourre.

(PS : Vous remarquerez que je me suis abstenue de tout lien / vidéo test / référence / dernier ajout / démo dans ce post. Ouais je sais que vous vous en foutez, alors jsuis gentille, et surtout je me fatigue pas à lier tout ça. M’enfin si ça vous intéresse, j’en ai plein mes favoris.)

Ces cadeaux d’anniversaire qu’on n’attendait pas

Pour mon anniversaire, j’ai eu 22 nouvelles offres du pôle emploi.

Franchement, c’est pas trop gentil comme douce attention?

Bon, ils auraient pu pousser le vice un peu plus loin et m’en envoyer 27. Pour 27 ans 😉

Midi moins le quart, madame en retard

Au troisième bip, il sera exactement l’heure de changer d’heure.

Et la prochaine fois, il serait temps que je me souvienne que mon Iphone passe automatiquement à l’heure d’été. Et euh certainement aussi à l’heure d’hiver en octobre. Oui, il y a de grandes chances.

Merci Apple.